Sélection de livres pour escale au bout du monde
Les aventures de Tintin, Le temple du soleil
Voyage au bout de la solitude (Into the wild)
Sept ans d'aventure au Tibet
Voyage à motocyclette
L'usage du monde
Sélection de livres pour escale au bout du monde
Les aventures de Tintin, Le temple du soleil
Voyage au bout de la solitude (Into the wild)
Sept ans d'aventure au Tibet
Voyage à motocyclette
L'usage du monde

Sélection de livres de voyage pour escale au bout du monde (2)


Abordez vos séjours différemment en vous évadant à l'aide de récits de voyages. Dans notre deuxième volet de la sélection, partez encore une fois sur les traces d'aventuriers et laissez-vous transporter sur les terres sillonnées dans chacune des oeuvres. Escapade inoubliable garantie.

" Les aventures de Tintin, Le temple du soleil " de Hergé, éditions Casterman, publié en 1949

Le pitch ? Tintin et le capitaine Haddock partent à la recherche du professeur Tournesol après son enlèvement. Rendez-vous donc au Pérou à la découverte des préceptes de la civilisation Inca.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Des Andes à la forêt amazonienne le journaliste, Milou et le capitaine Haddock découvrent les paysages de l'Amérique du Sud. Pour dessiner les décors, Hergé a imité l'architecture de plusieurs lieux bien réels dont la citadelle du Machu Picchu ou la forteresse de Sacsayhuaman et même de l'habitude bien connue des lamas : cracher lorsqu'ils sont agacés. Haddock en fera d'ailleurs l'expérience.

Pourquoi le lire ? Publié en 1949, l'album donne un aperçu particulièrement proche de la réalité des temples et costumes aperçus dans cette région du monde. Hergé s'est inspiré de l'oeuvre du chroniqueur indigène Felipe Guaman Poma de Alaya et a travaillé avec Jacobs (auteur de la bande-dessinée " Blake et Mortimer " et ami de Hergé) qui a posé pour lui afin de donner un exemple des attitudes qu'il voulait illustrer. Au point de faire fabriquer un poncho à rayures qu'il demanda à Jacobs d'enfiler pour le dessiner. Un album incontournable.

" Voyage au bout de la solitude " de Jon Krakauer, éditions Broché, publié en 1996

Le pitch ? Le roman biographique retrace l'histoire de Christopher McCandless, jeune Américain qui avait choisi de quitter la civilisation pour un retour à la vie sauvage.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Chris McCandless aurait dû devenir un Américain tranquille, à l'avenir sans grande surprise. Pourtant, dès l'obtention de son diplôme il part à l'aventure sans argent ni biens matériels. Son but : s'installer en Alaska pour y vivre en communion avec la nature. Rêve utopiste ? Il s'avère que le jeune homme découvrira les risques qu'il encourt à s'improviser trappeur. Jon Krakauer – écrivain et également alpiniste - affirmera peu de temps après la parution du livre : " Chris n'était pas fait pour ce siècle. Il recherchait l'aventure et la liberté dans une mesure qui excédait beaucoup celle qu'autorise la société d'aujourd'hui ".

Pourquoi le lire ? Pour découvrir le projet de vie de Christopher McCandless, entre nature et utopie. Parti de chez lui, en quête de vérité et de lien étroit avec la nature, son journal prouve que le jeune diplômé se rend rapidement compte que le bonheur ne vaut d'être vécu qu'à condition d'être partagé. La biographie décrit les paysages sublimes du 49e état des Etats-Unis et son quotidien empreint de liberté. Héros ordinaire, il devient le symbole d'une génération détachée des conventions, en quête d'un quotidien sans attaches. Si Christopher McCandless y laissera la vie, le livre offre une vision positive, à la découverte du monde.

" Sept ans d'aventure au Tibet " de Heinrich Harrer, éditions Babelio, publié en 1952

Le pitch ? Un voyage aux côtés de Heinrich Harrer, alpiniste et explorateur autrichien. L'homme, inscrit aux SS, se retrouve par un concours de circonstances à passer sept ans au Tibet, dès 1944. L'ouvrage offre une description détaillée de la culture tibétaine et l'institution du Dalaï-Lama.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Dans ce livre, adapté à l'écran en 1997, Heinrich Harrer raconte les sept années qui ont bouleversé sa vie. Lui qui était parti pour faire des repérages en vue de grimper le Nanga Parbat, sommet inviolé de l'Himalaya, se retrouve arrêté et bloqué sur le sol indien. Le livre fait le récit détaillé de ses tentatives d'évasion pour rejoindre le Tibet.

Pourquoi le lire ? Harrer est l'un des seuls, avec son compagnon Aufschnaiter, à éviter l'emprisonnement à vie en Inde. Fuyant sur des chemins inconnus, ils progressent vers Lhassa où ils rencontrent le frère du Dalaï-Lama qui les prend sous sa protection. Harrer devint le confident et le professeur de l'actuel Dalaï Lama, alors adolescent, "En vérité, j'étais un trait d'union entre son monde médiéval et la vie qu'il aurait plus tard en Occident ", affirme-t-il. Romancé ou pas, le récit de l'alpiniste offre un aperçu de la vie au Tibet où le seul souhait du peuple était de vivre libre et indépendant. Ce " Toit du Monde " qu'il considère comme sa ville natale, permettra à Harrer de trouver son salut. Une expérience incroyable.

" Voyage à motocyclette " d'Ernesto Guevara, éditions Fayard, publié en 1995

Le pitch ? Le carnet de voyage, écrit par Ernesto Guevara retrace le voyage du jeune Che et d'Alberto Granado à travers l'Amérique Latine des années 1950. Les rencontres et injustices sociales dont il est témoin transforment l'homme, qui deviendra par la suite l'un des révolutionnaires les plus connus au monde.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Loin d'être encore le Che lorsqu'il part sur les routes d'Amérique du Sud, Guevara est surtout motivé par le goût de l'aventure et le dépassement des frontières. Lors de ce voyage, l'étudiant en médecine argentin, entrevoit les premiers pas vers le communisme. Le voyage le convainc que les inégalités socio-économiques ne pourront être abolies que par la révolution.

Pourquoi le lire ? Ce journal permet de comprendre l'état d'esprit d'Ernesto Guevara avant qu'il ne devienne l'homme politique. Mené initialement en moto, le voyage se poursuivra avec les moyens du bord des deux jeunes hommes : à pied, à vélo, en stop. Ernesto l'affirmera dès son retour en Argentine, quelques années plus tard : " Le personnage qui a écrit ces notes est mort quand il est revenu poser le pied sur la terre d'Argentine, et celui qui les remet en ordre et les épure, c'est-à-dire moi, n'est plus moi. Tout du moins, il ne s'agit plus du même moi intérieur. Ce vagabondage sans but à travers notre " Amérique Majuscule " m'a changé plus que je ne l'aurais cru ". Une aventure géographique et psychologique.

" L'usage du monde " de Nicolas Bouvier, éditions Petite Bibliothèque Payot, publié en 1963

Le pitch ? Récit de voyage et invitation à l'émerveillement, le livre de cet écrivain de 25 ans, photographe et voyageur suisse, " L'usage du monde " fait figure de livre mythique. Retranscription d'un voyage réalisé par deux amis de la Yougoslavie à l'Afghanistan.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Nicolas Bouvier a 23 ans lorsqu'il décide d'entreprendre ce voyage. A l'époque de la guerre froide, " personne n'allait à Belgrade et nous ne savions même pas où était Kaboul ", déclare l'auteur. Les amis partagent des melons avec des Tziganes en Macédoine, sont sauvés par des routiers afghans... Dix-huit mois de bonheur résumés en un livre incontournable. Un de ceux qui donne envie de partir sur les routes.

Pourquoi le lire ? La patience, la curiosité et la vivacité d'esprit du jeune Nicolas Bouvier donnent à ce récit une intensité rare. Les portraits d'individus croisés mêlent finesse et vivacité, avec toujours une pointe d'émerveillement. L'oeuvre offre un voyage sur les routes du monde mais aussi sur celles de la connaissance de soi. Les lieux, l'architecture, les habitudes semblent dater de temps révolus et pourtant, l'aventure humaine est très actuelle. Nicolas Bouvier et son compagnon de route ont peu d'argent. Leur seule monnaie d'échange ? L'humanité. Un chef d'oeuvre.

Découvrez notre Sélection de livres de voyage pour escale au bout du monde, numéro 1 !

  • À découvrir:
  • inspiration

LES PLUS LUS