Romy Schneider dans

Romy Schneider dans « La Piscine »


En 1968, Alain Delon suggère Romy Schneider afin de jouer à ses côtés dans le film "La Piscine", réalisé par Jacques Deray. Après une période de questionnements personnels et de rôles secondaires, l'actrice revient sur le devant de la scène et offre une prestation d'une sensualité rarement égalée.

Érotisme, jalousie, séduction, provocation... "La piscine" ne peut se définir en une seule émotion. Cinq années après leur séparation officielle, le couple mythique du cinéma français est réuni pour le tournage du film. Alain Delon et Romy Schneider incarnent de nouveau des amants terribles, s'aimant et se déchirant avec Saint-Tropez comme toile de fond. Motivée par l'envie de se détourner de l'image de Sissi, l'actrice allemande révèle une nouvelle phase de sa personnalité : ultra-féminine et sensuelle. Les étreintes langoureuses au bord du bassin d'une luxueuse villa et les apparitions suggestives en maillot de bain n'y sont pas étrangères...

L'acteur affirmera plus tard dans une interview que le film "La Piscine" aura servi de "second départ à la grande et véritable carrière d'artiste de Romy", pour ses talents d'actrice déchirée entre deux hommes mais pas seulement. Son personnage de Marianne dans le film reflète le magnétisme et le charme de celle qui partagea pendant plusieurs années la vie de l'acteur culte du cinéma français. Instants passionnés en bikini, maillot de bain une-pièce blanc à la transparence à peine dissimulée ou noir lors d'une scène mythique autour de la piscine, Romy Schneider se révèle en déesse torride à la peau dorée et au charme ravageur.

Nichés en pleine Côte d'Azur, les amants fougueux offrent des moments de tension et d'extase, près d'un bassin d'eau douce encerclé de pins. Beautés frappantes, Romy Schneider et Alain Delon, amoureux à la ville comme à l'écran nous ensorcellent et nous entrainent dans un film à l'ambiance hypnotique, aux scènes iconiques. Été 1968, des corps hâlés s'entrelacent, se déchirent, se dénudent et nous offrent des retrouvailles charnelles. Alors que la bande originale nous souffle à l'oreille "Don't ask yourself why" ("Ne te demande pas pourquoi"), le couple incandescent nous livre un polar psychologique fascinant.

  • À découvrir:
  • culte

LES PLUS LUS