Civera
Carbonell
Civera
Carbonell

La Muralla Roja de Ricardo Bofill


Référence à l'architecture populaire de la Méditerranée arabe, la Muralla Roja est un bâtiment pensée comme une forteresse. Conçue par l'architecte espagnol Ricardo Bofill, elle fascine par ses façades géométriques et colorées qui surplombent Calp, une petite ville côtière dans la province d'Alicante, en Espagne. Zoom sur un travail architectural de grande envergure.

Une infrastructure balnéaire

La Muralla Roja (" mur rouge " en espagnol) a été achevée en 1973. Ce complexe, comprenant 50 appartements, un bar, plusieurs restaurants et des installations sportives, s'inscrit dans le projet de La Manzanera. Un large complexe touristique commandé par la ville de Calp dans les années 60. L'objectif : accueillir jusqu'à 3000 personnes lors de la haute saison. Les intentions de l'architecte sont alors bien précises : " Nous voulions créer un jardin d'Eden fermé, paradisiaque dans un sens, ce qui correspondrait à une vision idyllique et bucolique du monde. "

Une architecture à l'influence marocaine

Singulière, la Muralla Roja réinterprète les codes de la kasbah, citadelle d'architecture berbère typique des pays d'Afrique du Nord. Les tours verticales, les patios interconnectés et les escaliers labyrinthiques en sont une parfaite illustration.

Cette composition géométrique abrite une série d'appartements allant de 60 à 120 m² et des solariums, une piscine et un sauna exclusivement réservés aux résidents sur les toits.

Nous voulions créer un jardin d'Eden fermé, paradisiaque dans un sens, ce qui correspondrait à une vision idyllique et bucolique du monde.

Des couleurs vives

Si la Muralla Roja fascine et apparaît autant sur Instagram, c'est grâce à ses couleurs chatoyantes et captivantes allant du rouge brique au bleu ciel. Une palette de nuances savamment pensée. Les façades, par exemple, revêtent différentes tonalités de rouge afin d'accentuer le contraste avec le paysage environnant. Les espaces extérieurs en revanche, comme les patios et les escaliers, affichent des tonalités plus douces : bleu layette, indigo, violet et rose bonbon. L'idée ici est de créer un contraste plus ou moins fort avec le ciel et des jeux de lumière visant à agrandir l'espace.

Ricardo Bofill, un architecte post-moderne

Né en 1939, Ricardo Bofill étudie à l'École Universitaire d'Architecture de Barcelone, puis à l'École de Genève dans les années 50. Il fonde son premier atelier en 1963, le " Taller de Arquitectura ". L'architecte espagnol s'entoure alors d'une équipe pluridisciplinaire et tend vers une conception libre et décadente de l'architecture. Se jouant des codes, Ricardo Bofill se nourrit de ses voyages et s'imprègne de la culture du lieu à chaque conception. En résultent des oeuvres architecturales libres et démesurées, telles que le W Hotel à Barcelone ou la tour San Isidro à Lima.

Muralla Roja
3710 Calp
Espagne

www.ricardobofill.com

  • À découvrir:
  • inspiration

LES PLUS LUS