Tibi Resort
Copan, Honduras
Hiking Girls
Tibi Resort
Copan, Honduras
Hiking Girls

Isabelle Feliu, les courbes féminines à l'honneur


Née en 1990, la jeune québécoise nourrit une passion pour le dessin dès son plus jeune âge. Esquisses de vêtements ou créations d'histoires, ses premiers essais forgent sa carrière d'illustratrice. Diplômée de l'École supérieure de mode de Montréal, Isabelle Feliu délaisse les ébauches de silhouettes longilignes au profit de lignes plus voluptueuses. Un autre visage de la féminité qu'elle nous raconte.

1 - Pourquoi avez-vous choisi de représenter, plus particulièrement, des femmes aux courbes généreuses ?

Ce n'est pas quelque chose que j'ai consciemment choisi au début ; j'aimais simplement dessiner de cette façon et j'aimais le contraste entre les formes et les couleurs de fond ou les autres éléments que je choisissais d'inclure dans mes illustrations.

Sur Instagram, j'ai commencé à recevoir plusieurs commentaires et messages positifs concernant les formes de mes personnages. Mes abonnées étaient heureuses de voir d'autres types de femmes dans des illustrations de mode. Cela m'a fait réaliser à quel point il est important pour moi de faire preuve de diversité dans mes illustrations. J'aime que les femmes s'identifient à mon travail, et que mes illustrations aient un message positif par rapport à la diversité. Un mouvement de plus en plus présent dans la mode en général et j'aimerais en faire partie.

2 - Quelles émotions cherchez-vous à susciter ?


Le rêve et l'aventure sont des thèmes importants pour moi. Je veux que mes illustrations soient légères et fassent sourire ceux qui les regardent. J'aime utiliser des couleurs vives ou pastel, des formes définies sans trop prêter attention aux ombres, lumières ou effets de perspective. Parfois je trouve mon style un peu maladroit et j'essaie de le perfectionner, mais je crois que d'une certaine façon, il arrive souvent à exprimer ma vision mieux que je ne l'aurais cru.

3 – Quelle est votre vision de la féminité ?


Je me considère chanceuse d'avoir grandi à une époque et dans un pays où les femmes sont libres d'exprimer leur féminité, ou du moins beaucoup plus que dans le passé. Quand j'étais adolescente, j'étais obsédée par les magazines de mode, et j'avais cette vision très fermée de la féminité. Aujourd'hui, il est important qu'elle soit synonyme de diversité.

J'aime que les femmes s'identifient à mon travail, et que mes illustrations aient un message positif par rapport à la diversité.

4 – Plages, végétation, piscine, le thème de l'évasion est très présent dans vos dessins. Pourquoi ?

Ayant grandi au Canada et vivant en Norvège, je passe beaucoup de temps à rêver des paysages tropicaux. Je n'ai jamais été très fan de l'hiver et adorant voyager, mes illustrations sont simplement un reflet de mes rêves et de mes envies. Un genre de " wishlist ".

5 – Si vous étiez une couleur, vous seriez... Et pourquoi ?

J'hésite entre le " millenial pink " et le " dusty green ", des couleurs que j'adore et qui se mêlent très bien à mon univers. D'ailleurs, j'essaie de moins les utiliser, c'est un peu ma zone de confort et j'ai aussi conscience qu'elles font partie d'une tendance. J'ai récemment fait la découverte de ce compte Instagram inspirant : @plantsonpink qui publie souvent des photos avec une combinaison parfaite de ces deux nuances.

6 – Au quotidien, quelles sont vos sources d'inspiration ?

L'une des plus belles choses lorsque l'on est dans un domaine artistique, c'est de pouvoir tout considérer comme une source potentielle d'inspiration. Je pourrais par exemple vous parler de :

. Matisse et Gauguin

. Karl-Joel Larsson, Bodil Jane, Kate Pugsley et Laura Berger, des artistes contemporains aux styles distinctifs découverts sur Instagram. Plusieurs d'entre eux abordent des thèmes comme l'évasion, le voyage, la féminité incluant parfois la mode et la déco ou l'architecture.

. Guy Bourdin, William Eggleston, Clifford Coffin et Slim Aarons, des photographes dont j'admire leurs combinaisons de couleurs et compositions.

. Mes voyages. Le Maroc et plus particulièrement Marrakech. Des souks aux Jardins Majorelle en passant par les terrasses en fleurs aux odeurs d'épices, ce fut un voyage très stimulant et je rêve d'y retourner. Il y a aussi le Honduras. Ma mère étant hondurienne, j'y ai séjourné plusieurs fois, enfant et adolescente. M'y rendre était toujours synonyme d'aventure : visiter les ruines de Copan, faire de la plongée en apnée ou encore me promener dans la forêt tropicale. Je me suis toujours sentie privilégiée d'avoir vécu ces expériences à un très jeune âge.

Isabelle Feliu
www.isabellefeliu.com

  • À découvrir:
  • inspiration

LES PLUS LUS