L'actrice et chanteuse anglaise Jane Birkin
L'actrice et chanteuse anglaise Jane Birkin Getty Images, M. McKeown / Intermittent

Histoire d'une chanson culte, « Les dessous chics » de Jane Birkin


" Les dessous chics c'est ne rien dévoiler du tout... " fredonnait Jane Birkin en 1983. Une leçon de style, révélant les facettes cachées de la lingerie, écrite par Serge Gainsbourg pour l'actrice et chanteuse britannique. Zoom sur cette ballade romantique.


Les dessous chics, chanson d'une rupture amoureuse

En 1983, Serge Gainsbourg signe l'album Baby alone in Babylone. Une oeuvre musicale aux mélodies précieuses, teintées de souffrance et d'amertume. Et pour cause, les chansons racontent sa séparation avec Jane Birkin.

Après son départ, Serge Gainsbourg écrit sans relâche et lui propose de nouveaux titres. " Je te le dois ", lui dira-t-il. Parmi eux, la ballade " Les dessous chics ", un autoportrait et un manifeste des blessures de Serge sur fond de lingerie féminine : " Les dessous chics, c'est des dentelles et des rubans, d'amertume sur un paravent désolant ".

Jane Birkin a alors la lourde tâche de chanter les peines de son ex-compagnon, qu'elle sait avoir inspirées. Derrière la vitre du studio d'enregistrement, elle entonne les paroles aussi haut que possible, " pour que Serge pleure non pas du malheur, mais de la beauté de l'affaire ".

Grand succès commercial et critique, l'album Baby alone in Babylone, sera récompensé un an plus tard par le prix de l'Académie Charles Cros, et d'un disque d'or.

Une romance impossible

Ils se rencontrèrent sur le tournage du film " Slogan " de Pierre Grimbat vers la fin des années 60. La belle Anglaise trouvait alors Serge peu courtois, et lui, ne pardonnait pas les fautes de français de Jane. Malgré tout, ils tombèrent vite amoureux.

S'ensuivent douze ans de vie commune, rythmés par de nombreuses collaborations artistiques, parfois controversées, comme le tube choc et cultissime " Je t'aime moi non plus ". Et une vie familiale, parfois surmédiatisée, avec Kate (fille du précédent mariage de Jane Birkin avec John Barry) et Charlotte.

Un soir d'automne en 1980, Jane Birkin quitte la maison parisienne du 5 bis rue de Verneuil, avec ses filles. Elle ne supportait plus les démons de Serge Gainsbourg. Une rupture brutale, où peu de mots furent échangés, exprimée deux ans plus tard dans ces rimes : " les dessous chics, c'est une jarretelle qui claque, dans la tête comme une paire de claques ".

  • À découvrir:
  • culte

LES PLUS LUS