Lauren Bacall et Humphrey Boart, des espadrilles aux pieds
Lauren Bacall et Humphrey Boart, des espadrilles aux pieds Getty Images - Mondadori

Espadrille : histoire d'une chaussure culte


Symbole phare de la saison estivale, la fameuse chaussure à semelle tressée se dote d'un charme casual, qui lui vaut un large succès bien au-delà des bords de mer. De son allure d'antan conservée à travers les siècles à des design innovants imaginés par les plus grandes maisons, l'espadrille a encore de beaux jours devant elle.

Genèse d'un mythe

Sous ses airs de belle du sud, cette chaussure faite de toile de coton et de corde en chanvre séduit tant par sa praticité que son aspect cool, propres aux vacances à la plage. Native de la région des Pyrénées-Orientales, elle voit sa paternité se disputer des deux côtés de la frontière. Catalane pour les uns, basque pour les autres, l'espadrille doit néanmoins son nom à l'Occitan : "esparto" désignant le jonc qui aurait été utilisé pour tresser les tout premiers modèles.

Retrouvé, selon la légende, au pied d'un squelette à Grenade, en Andalousie, ce mythique chausson à semelle tressée fêterait un minimum de 4 000 printemps. Une longévité qui n'est pas étrangère à son évolution au fil du temps.

Destinée aux ouvriers et aux soldats à ses débuts, en raison de sa légèreté et sa résistance, elle s'est rapidement faite une place de choix parmi les chaussures de loisirs après la seconde guerre mondiale, avant de muer en coqueluche des créateurs.

Métamorphose mode

Dans les années 60, Yves Saint Laurent le premier la pare d'un talon, dans une version twistée par les soins des spécialistes du genre, Isabel et Lorenzo Castañer, entraînant dans son sillage de multiples revisites de la part des marques les plus prestigieuses. Depuis, la scène mode n'a cessé de s'approprier l'espadrille, l'érigeant en une icône balnéaire, entre autres aux pieds de Françoise Sagan, Salvador Dali, Lauren Bacall et Pablo Picasso.

En version brodée de dentelle chez Valentino, parée de poulain ou léopard grâce à Céline, ou en toile bicolore griffée du fameux double C de Chanel, cet incontournable se réinvente encore habilement en 2015, des grandes maisons de luxe à des griffes plus confidentielles. Autant de réinterprétations, qui s'édifient volontiers en marge de sa silhouette originelle, dotée d'un ruban à nouer délicatement sur la cheville, mais sans jamais renier l'esprit créatif et récréatif qui ont fait son succès.

  • À découvrir:
  • culte

LES PLUS LUS